Mame Mor Diarra Mbacké,origine, vie et œuvres

mai 22, 2021 / Comments (0)

Uncategorized

Préparation du magal de Mame Mor DIARRA Mbacke, la communauté mouride a pied d’œuvre. Prévu le 27 Mai 2021, le comité d’organisation invite les autorités étatiques et locales à prendre les dispositions nécessaires.

Mame Mor Diarra s’appelle en réalité Mouhamed, mais la tradition voulait que tous ceux qui portaient ce nom soient appelés Mor, titre qui signifiait autrefois “Serigne” (marabout).Diarra est le nom de sa mère raison pour laquelle on le surnommait Mame Mor Diarra pour l’identifier par rapport à sa mère. Il était aussi appelé Borom sahm pour montrer que ce grand village situé au nord de Touba à Mame Mor Diarra lui appartient. Donc son vrai nom est Mouhamed ibn  Mouhamed ibn  Habiboulah (comme le nom de Cheikh Ahmadou Bamba).
Son père s’appelle Mame Mor Anta Saly Mbacké fils de Mame Balla Aicha et Mame Maram fils de Habiboulah fils de Mouhamed Khairy fils de Ousmane (originaire du Fouta).
Sa mère est Sokhna  Diariatou Lahi (pour son attachement au tout puissant).
Sa mère  Sokhna Diarra est descendante de Mame Asta Walo Mbacké fille d’Ahmet Sokhana Bousso fils de Mame Maram.
En résumé, Mame Mor Diarra est le fils ainé de Serigne Mor Anta Saly et grand frère de Serigne Touba ce qui lui vaut le qualificatif de « Magui Mague ».
Sokhna Diarra Bousso est née en 1832 à MBOUSSOBE dans le Djolof. Elle a quitté ce bas monde en1865 à Prokhane.
 Mame Mor Anta Saly père de Mame Diarra se distinguait par ses connaissances multiples et diversifiées mais également pour son bon sens.

Historique de la création du village de Mbacké Baol :

Mame Maram, ancêtre de Mame Mor Diarra fut le fondateur  de Mbacké Baol en 1194 de l’hégire. Après sa mort son fils Ahmadou Farimata Mbacké  hérita le village pendant une période de trente ans. Suite à son rappel à Dieu, il légua le village à ses fils comme Serigne Ibrahima Awa Niang qui assura les destinées pendant trente ans.  Serigne Ibrahima Awa Niang est l’ancêtre des chefs religieux de Mbacké Dimb parce qu’il est le père de Serigne Moudou Dié Mbacké fondateur du quartier de Mbacké Dimb situé dans la commune de Mbacké derrière la gare ferroviaire. Apres sa mort son petit frère Mame Balla Aicha le succéda pendant une période de 28 ans, parce que son propre fils   Mame Abdou Khadre fut assassiné par les ‘thiedo’’(animistes) et il s’exila à Ngaye un village situé au Nord de la sainte ville où il décéda deux ans plus tard c’est-à-dire  en1284 de l’hégire. C’est durant ces périodes que le Sénégal avait connu des chamboulements et des guerres saintes qui amèneront les marabouts à aller prêter main forte à Tafsir Maba Diakhou Ba roi du Nioro du Rip.  Le village de Mbacké a été déserté pendant 21 ans sans succession, ni habitants. Après une longue période,  Serigne Dame Seynabou Mbacké revint s’installer à Mbacké et le village recommença à se développer.

Etudes et formation de Mame Mor Diarra Mbacke.


C’est à Mbacké que Mame Mor Diarra  débuta ses études coraniques y compris les sciences et connaissances religieuses. C’est son père Mame Mor Anta Saly qui l’initia au saint coran avant qu’il aille entamer ses recherches dans les domaines des sciences religieuse au prés de son oncle maternel Serigne Mboussobé. Ce dernier lui inculqua des connaissances solides et approfondies. Il était très proche de son père autrement dit son compagnon quand il se rendait chez  Maba Diakhou Ba dans le Saloum. C’est par la suite que Serigne Mame Mor Anta Mbacké l’amena à Mbacké. C’est Durant cette même année, c’est-à-dire en 1304 de L’hégire correspondant à  1888 de l’année grégorienne que son oncle Serigne Mboussobé lui aussi s’est retourné à Mbacké. Période durant laquelle ce dernier avec la vieillesse lui conseilla d’élire domicile à Mbacké dans un lieu où se trouvait un grand arbre « Khewar » d’où le nom  de Mbacké Khéwar. Serigne Mboussobé adorait beaucoup son neveu Serigne Mame Mor Diarra. Cet amour l’avait amené à ce qu’il lui confiait presque tous les disciples. Cette confiance placée en sa personne lui a beaucoup servi dans son installation. Il est resté à Mbacké avec son oncle  de 1304(an 1888) à 1312(an 1894) avant que Serigne Mboussobé ne rendit l’ame.

Toute sa vie durant, il l’a consacré au service de l’islam. On ne l’a jamais entendu faire quelque chose qui déplait au bon Dieu ni à son prophète Mouhamed PSL. Il entretenait tous ses jeunes frères en les donnant tout ce dont ils avaient besoin pour mener bien leur vie. Il partageait tout ce qu’il détenait comme bien ou richesse avec les gens qui étaient dans le besoin et traitait tous les disciples au même pied d’égalité que l’on soit riche ou pauvre. Sa disparition en 1921 était une grande perte par son immense savoir, sa maitrise du saint coran. Ces aptitudes ont fait que beaucoup de fils du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba sont passés entre ses mains de même que ceux des « cheikh ». Mame Mor Diarra a été inhumé aux cimetières de Mbacké Khewar à côté de son oncle Serigne Mboussobé. Il a fondé plusieurs villages où il érigea des « daras » écoles coraniques pour l’éducation et la formation des fidèles. Parmi ces localités on peut citer Mbacké Khewar Touba Same, Missirah, Ndook et Bouchra. Dans village il embla des champs pour initier les fidèles au culte du  travail et le sens de la responsabilité. Son actuel khalife est Serigne Abdoulahi Mbacké « yallay bour » à qui nous souhaitons longue vie et santé de fer et au reste de la famille. Le comité d’organisation invitent les autorités étatiques et locales de faire le nécessaire pour que l’évènement ne connaisse pas de problème. Le magal de cette année arrêté le 27 Mai 2021 est placé sous le signe de la lecture du saint coran et des khassidas comme l’a suggéré Serigne Mounetakha Mbacké Bassirou pour implorer le Bon Dieu à ce que la COVID 19 disparait une bonne pour toute et la paix pour les musulmans du monde entier mais surtout nos frères palestiniens victimes ces derniers jours de bombardements de l’Etat hébreux d’Israël. La cellule stratégique et du Développement industriel du Baol souhaite aux fidèles un bon magal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *